4 Mai 2013 : Journée de Prière pour les Balkans 2013

 

balkan day of prayer

Les Balkans sont une magnifique région au sud-est de l’Europe composée d’une dizaine d’États, dont la plupart , sont issus de l’Ex-Yougoslavie, mais il faut également y ajouter l’Albanie, la Grèce, la partie occidentale de la Turquie et la Roumanie. On y trouve un fusionnement culturel et un mélange ethnique hors du commun créant des passions et une énergie parfois dévorante.

Il y a aussi diversité de religions : La Roumanie, La Serbie, la Bulgarie, la Serbie, la Macédoine et le Monténégro sont en majorité Orthodoxes, La Croatie et la Slovénie essentiellement Catholiques, et la Bosnie-Herzégovine, et la Turquie, majoritairement Musulmans tout comme l’Albanie mais ce pays est considéré comme l’un des moins religieux au monde . Dieu agit dans ces pays et il y a de nombreux passionnés pour Christ. Je pourrais vous en dire d’avantage surtout concernant la Roumanie, que je connais mieux, ce sera peut-être l’objet d’un prochain article.

Le mouvement 24-7 prayer est aussi très présent. En Macédoine, le mouvement Glasnost, compte quatre communautés à travers le pays. Ils ont crée une école maternelle pour les enfants Roms dans la plus grande communauté Rom d’Europe.a démarré dans la région et l’année dernière lors de la première Rencontre Régionale des Balkans, 70 participants venus de 15 nations se sont réuni afin de partager ce qu’ils vivaient au sein de leur communauté.

Politiquement et économiquement la région n’est pas très stable. Tout le monde connaît les problèmes économiques de la Grèce, mais au-delà ce sont tous les Balkans qui souffrent de la crise économique et de l’austérité. Les prix tendent à s’aligner sur la moyenne européenne alors que les salaires restent sensiblement bas quand ils ne baissent pas. La corruption et les fraudes électorales sont toujours monnaie courante. Les crises politiques interminables. Ce contexte est propices aux montées des nationalismes, aux revendications régionales ou des minorités ethniques. des les médias et l’opinion publique cherchent des boucs émissaires.

La Croatie rejoindra l’Union Européenne le 1er Juillet 2013 et deviendra ainsi le 28ème état membre.

Notez bien le 4 Mai dans votre agenda et prenez le temps pour prier pour cette Région. Afin que le mouvement puisse voir qui s’est engagé concrètement, vous pouvez vous inscrire sur cette page. Vous apparaîtrez ainsi sur la carte et les organisateurs ainsi que les autres inscrits pour cette journée pourront vous voir. Si cependant vous ne désirez pas y apparaître, inscrivez-vous quand même et précisez-le dans le formulaire.

Le but de Balkan Network est d’unir des personnes ayant à cœur le Royaume de Dieu qui habitent ou travaillent dans les Balkans et croient que la prière, l’adoration, le dialogue et l’action décisive à travers des rencontres internationales, peuvent apporter l’unité dans le cœur de Christ, une collaboration entre les nations des Balkans et une réelle transformation dans la région toute entière.

Au-delà de cette journée de prière, vous pouvez également vous rendre à la deuxième rencontre de 24-7 Balkan Connect qui se tiendra à Ohrid, en Macédoine cette année où vous pourrez voir de vos yeux ce que Dieu accomplit à travers les communautés et vivre un temps de partage fraternel avec elles. Inscrivez-vous ici

 

Publicités
Catégories :Europe, français, Prière

Le syndrome de Babel dans l’Eglise

03/09/2011 2 commentaires

J’ai été surpris de voir tant d’incompréhension au sein de l’Eglise que ce soit dans les différentes confessions, les différentes paroisses, ou même au sein de la même église. Il y a toujours des clans qui se forment. Nous prenons toujours part pour un tel ou un tel dans notre assemblée. Mais n’était-ce pas le cas déjà dans l’église primitive lorsque Paul demande dès le début de sa lettre aux Corinthiens de cesser leur rivalités. Le moins qu’on puisse dire c’est que ce n’est pas un problème nouveau.

Depuis toujours les hommes ont cherché à laisser leur trace sur la terre. Ils ont voulu, une fois l’éternité perdue, à ce qu’on se rappelle d’eux. Ils ont construit toujours des bâtiments plus grands, plus sophistiqués, ils ont développé une science pointue. Ils ont construit des villes toujours plus grandes, plus lumineuses, des tours toujours plus hautes, ils ont même construit dans le rocher et au-dessus de la mer… Ils ont aussi une culture extrêmement riche, ils ont écrit des poèmes magnifiques, des musiciens virtuoses…

« Allons ! Construisons-nous une ville et une tour dont le sommet touche le ciel et faisons-nous un nom afin de ne pas être dispersés sur toute la surface de la terre »

Genèse 11 ; 4

Tout cela ne vous rappelle rien ? Bon, en soi qu’y a-t-il de mal et quel rapport avec l’Église ?

De mal ? Absolument rien. Seulement les hommes ont regardé leur œuvres, ils ont en été fiers. Ils ont pensé « avons nous encore besoin de Dieu ? Que fait Dieu pour nous ? N’avons nous pas construit tout cela de nos propres mains ? » Et c’est à cause de cela, de cet orgueil, de ce mensonge que notre connaissance, notre culture, notre science (rappellez-vous de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, toujours le même mensonge.) peut remplacer  que Dieu, que Dieu a brouillé le langage de l’Homme et l’a dispersé à travers la terre.

Et l’Église n’a pas été épargnée. Dès son début, des clans, des courants théologiques se sont formés. Des disputes le plus souvent sur des futilités sont apparues. Et ensuite s’est rajoutée même la barrière des langues, des cultures, des cultes.

Aujourd’hui il existe au sein du Corps de Christ, plusieurs Bibles, comprenez des traductions qui reflètent différentes interprétations et même des livres différents puisque les Bibles Orthodoxes et Catholiques contiennent les livres deutérocanoniques alors que les protestants sont revenus au livres du Tanakh la Bible Hébraïque. Il existe bien sûr plusieurs cultes, comme la prière aux saints, la Tradition ou devrais-je dire les Traditions, la croyance ou non de l’action, des manifestations du Saint-Esprit aujourd’hui mais aussi de quel ordre serait ces manifestations… même l’utilisation d’une d’une batterie, d’une guitare électrique ou acoustique ou d’un orgue peut faire surgir des débats passionnés dans le Corps du Christ.

Je considère les différences culturelles comme une richesse et je comprends très bien les différences dans les formes d’expression. Personnellement j’aime autant des chants de louange avec des instruments contemporains que d’écouter des psaumes chantés par des moines orthodoxes ou un cantique de Jean Sebastien Bach, un chant de Urban Gospel ou de Bluegrass Gospel, ou bien des chants d’une église arabe ou chinoise.  J’aime ces différences culturelles. Elles me font voir la grandeur de Dieu qui aime au-delà de ces barrières.

Cependant ces barrières sont toujours là et freinent encore aujourd’hui l’avancement du Royaume de Dieu dans nos cœurs et sur la terre. J’ai été frappé ces derniers jours pendant que je parlais avec un catholique du renouveau charismatique. Je lui demandais où je pouvais trouve un groupe de prière œcuménique. Il m’a confié qu’il était difficile pour un catholique ou pour un orthodoxe de prier avec un protestant car il lui fallait mettre de côté une bonne partie de ce qui fait son identité : ne pas parler ou prier des saints, ne pas partager un passage de la bible que nous ne partageons pas, alors que c’est beaucoup plus simple pour un protestant car ce qu’il partagera est la même chose qu’il partagera dans son milieu. Je n’avais jamais vu cela de ce point de vue et ça m’a beaucoup touché.

Un autre exemple que j’ai lu sur le blog du pasteur Filat est le cas de Sion, une église baptiste de 190 membres en République de Moldavie à Ungheni. Elle a été fondée en 1968 par l’union d’une église baptiste et d’une église pentecôtiste. Ils ont une très bonne relation avec les autorités de leur ville, et reçoivent même occasionnellement le maire dans leur église. Ils sont également impliqués dans l’enseignement religieux dans les écoles. Ils ont cependant un problème : la société moldave est composée de russes et de roumains or lorsque une prédication est faite en roumain, les russophones se sentent lésés.  On envisage même de séparer les réunions entre les russes et les roumains.

Remarquez une chose étrange, plus une ville est grande, plus les murs sont grands. Plus la solitude est grande. Les gens sont presque entassés les uns sur les autres, il est tellement facile de communiquer avec les téléphones portables, internet… et l’homme de s’est jamais senti aussi seul. Dépressions, solitude, sont les maux de notre société ultra-connectée. N’est-ce pas là un grand paradoxe ? Ce sont là les effets de Babel qui pénètrent jusqu’au sein de nos églises.

Pourtant Dieu a donné la solution le jour de la pentecôte. Les disciples s’étaient réunis et ils se sont mis d’accord de prier car ils connaissaient la promesse de Jésus :

« Tous persévéraient d’un commun accord dans la prière avec les femmes, avec Marie, la mère de Jésus et avec les frères de Jésus »

Actes 1:14

Or le jour de la pentecôte lorsque le Saint-Esprit est descendu sur ces disciples Ils ont commencé à parler d’autres langues que la leur et ont pu donc parler la langue des étrangers présents ce jour de fête à Jérusalem.

« Ils étaient [tous] remplis d’étonnement et d’admiration et ils se disaient [les uns aux autres]: «Ces gens qui parlent ne sont-ils pas tous galiléens? Comment se fait-il donc que nous les entendions chacun dans notre propre langue, notre langue maternelle? Parthes, Mèdes, Elamites, habitants de la Mésopotamie, de la Judée, de la Cappadoce, du Pont, de l’Asie, de la Phrygie, de la Pamphylie, de l’Egypte, du territoire de la Libye voisine de Cyrène et résidents venus de Rome, Juifs de naissance ou par conversion, Crétois et Arabes, nous les entendons parler dans notre langue des merveilles de Dieu!» »

Actes 2 ;7-10

La solution pour l’unité est un changement de priorité. Si nous nous mettons d’accord de prier ensemble, de rechercher Dieu et arrêtons notre course effrénée pour construire quelque chose, rendre visible notre passage sur la terre, chercher à obtenir la gloire, notre part de l’héritage afin de pouvoir en disposer comme bon nous semble, comme dans la parabole du fils prodigue. Si nous revenons vers notre Père, si nous demandons le Saint Esprit comme consolateur, alors Dieu fera tomber les murs de séparation et nous expérimenterons la vraie unité en Jésus.

Mais il est vrai que nous aimons parler, philosopher, poser le pour et le contre, alors nous nous demandons comment nous organiser pour prier, comment organiser nos réunions. Pour une fois, faisons confiance au Saint-Esprit, et mettons notre confiance en Jésus Christ car ce qu’il a promis s’accomplit.

« Vous donc aussi, vous êtes maintenant dans la tristesse, mais je vous reverrai et votre cœur se réjouira, et votre joie, personne ne vous l’enlèvera. Ce jour-là, vous ne m’interrogerez plus sur rien. En vérité, en vérité, je vous le dis, [tout] ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera. Jusqu’à présent, vous n’avez rien demandé en mon nom. Demandez et vous recevrez, afin que votre joie soit complète. Je vous ai parlé en paraboles. L’heure vient où je ne vous parlerai plus en paraboles, mais où je vous parlerai ouvertement du Père. »
Jean 16 ; 22-25
Voilà donc la réponse ultra-simple à toutes nos questions extrêmement compliquées : « Demandez et vous receverez »
Catégories :français

Red Moon Rising

Depuis un peu plus d’une dizaine d’années, un vent nouveau souffle sur le monde. Un peu partout les chrétiens (re)découvrent la prière et cela est une excellente nouvelle car de cette façon ils découvrent la nature de Dieu ils redécouvrent le monde par les yeux de Dieu. Partout ces mouvements : 24/7 paryer, IHOP KC, etc… cherchent la face de Dieu et commencent à connaître des réveils extraordinaires. Je vous conseille vivement de lire de lire le livre qui raconte l’histoire surnaturelle du mouvement 24/7 prayer : Livre écrit en 2003 par Pete Craig et Dave Roberts pour témoigner de ce qu’ils se passait dans le monde entier à travers ce mouvement. Il a été traduit en français par les éditions « Première partie » et existe également traduit en allemand, en suédois, en russe et en coréen. Voilà le texte de présentation que l’on trouve sur le site du mouvement :

« A travers des nations comme la Chine Communiste, parmi les rangs de l’Armée du Salut ou dans des endroits inattendus comme des festivals punks anarchistes en Allemagne, le mouvement de 24/7 Prayer intercède continuellement, jour et nuit depuis 1999 dans plus de 60 pays.

Une nouvelle génération apprend à prier et à obéir come jamais auparavant. Rencotrez les personnes qui sont derrière ce mouvement, lisez,  seulement quelques unes de ces histoires qui ont changé des vies, des victoires de Dieu et des défis face auxquels nous étions confrontés. Vous rirez, pleurerez et prierai à travers du livre le plus visionnaire que vous aurez lu cette année. Notre histoire démontre que tout est possible lorsque des gens ordinaires disent oui aux chuchotements d’un Dieu Tout Puissant »

Je ne fais la promotion de ce livre dans un but commercial, mais je voulais simplement que vous ayez vous aussi soif comme moi que cette soif de s’approcher de Dieu  touche et transforme Paris et la France.  Depuis un moment déjà j’ai cela à cœur, et je suis persuadé que Dieu va agir ici aussi au-delà de tout ce que nous pouvons espérer

Catégories :français

1 Decembrie, un gînd pentru România, Români și pentru neamuri

02/12/2010 2 commentaires

Chiar dacă imnul României este la origine o poezie naționalistă, îmi place cel puțin prima strofă.

Deșteaptă-te, române, din somnul cel de moarte,
În care te-adînciră barbarii de tirani!
Acum ori niciodată croiește-ți altă soarte,
La care să se-nchine și cruzii tăi dușmani!

Nu sînt naționalist, fiindcă naționalistul își consideră propria națiune ca superioară și incită deci la ura semenului,  dar am totuși o mîndrie amestecată cu un sentiment de afecțiune cînd mă gîndesc la România.

Pastorul Marius Cruceru, pe blogul lui se întreabă despre « mîntuirea neamului ». Nici eu nu cred că este posibilă mîntuirea unui întreg neam, mîntuirea căpătîndu-se prin credință, individual. Dar Dumnezeu vorbește și celorlalte neamuri.

Profeții din Vechia Alianță, se adresau des la popoare precise exemplu în Isaia capitolele 10 : Asiria, 13 : Babilon, 14 Asiria, filistenii, 15 : Moab  … iar în Isaia 56:7 citim :

« Casa Mea va fi numită o casă de rugăciune pentru toate popoarele.»

Dumnezeu îl trimite pe Iona să aducă Cuvîntul Lui la Ninive, arătîndu-și întotdeauna o față miluitoare și plină de dragoste. Pocăința aduce viața.

Așadar, Israel este poporul ales dar Dumnezeu vorbește și celorlalte neamuri.Un neam are o cultură aparte, o istorie aparte, se exprimă diferit, au alte coduri culturale.

Cînd Europenii au încercat sa evanghelizeze China ținînd același discurs ca în Europa s-au izbit bine înțeles într-un zid de ne înțelegere. Iezuitul Matteo Ricci, a reușit în schimb adaptîndu-și limbajul și obiceiurile la civilizația chineză  mult mai mult să transmită mesajul evangheliei. În plus, în domeniul științei, Matteo Ricci a adus foarte multe Europei prin acest schimb.  Vaticanul în schimb, influențat de Franciscani a frînat tendința aceasta de adaptare. A urmat cearta riturilor cu consecințe importante pentru creștinii din China : neînțelegeri, persecuții…

Dumnezeu vorbește specific diferitelor neamuri conținutul fiind bine înțeles același mesaj de Dragoste. Pot spune că într-un fel Dumnezeu vorbește românilor pe românește. Înțelege inimile românești, bucuria românilor, plînsul românilor, sărbătorile și așteptările românilor.  Mîntuirea este individuală, dar există un limbaj comun unui neam. Bine înțeles adevărata închinare este în duh (Ioan 4:23-24) dar este sufletul nostru are datoria și el să-L laude pe Domnul, și sufletul nostru este sensibil la limbaj, la melodie, nu-i place orice fel de muzică… Eu personal simt diferit binecuvîntarea (nu mai tare sau mai slab, doar diferit) în funcție de  biserica în care intru, la francezi, la români, la hispanici, la catolici, la baptiști, la ortodocși, la adunările interconfesionale…  sînt sensibilități diferite, cîntările sînt diferite, atmosfera este diferită.

Dumnezeu să binecuvînteze România. Creștini, rugați-vă pentru România. Rugăciunea mea este ca Românii să descopere individual dragostea nemărginită al Lui Dumnezeu. Să nu-și mai pună încrederea în om, nici chiar în cel mai credincios om pe acest pămînt, în uniuni omenești, tancuri și avioane, așa cum spunea profetul Isaia celor care se încredeau în Egipt (Isaia 31) ci Dumnezeu este singurul demn de încredere.